La ville se caractérise par la cohabitation. En effet, dans la ville habite ensemble sans se voir et se comprendre différentes populations.  D’un côté, les habitants qui vivent et peuvent envisager l’avenir. Ces habitants participent aux décisions démocratiques. De l’autre côté, une autre population qui vit l’instant présent. Chaque jour est une difficulté supplémentaire pour  trouver à manger, si l’abri a été payé. ( le loyer ou les charges de la maison).

Il y a aussi dans la ville une population sédentaire qui ne peut pas partir car le coût d’un départ représente trop de frais. Il est préférable de s’accrocher à là où on vit comme un moyen de défense et accepter le travail qui permet à peu près de vivre normalement.

Dans la ville, il y a aussi ceux qui  la traversent et qui y séjournent quelques jours. Reprennent le train, prennent le vélo. Ils se posent quelque part pour travailler, un autre endroit pour dormir. Leur emploi, leur permet également de le faire depuis leur domicile. Ils ont choisi ce domicile. Ils l’apprécient et peuvent changer d’air.

Dans Germinal d’Emile Zola, c’est Etienne lantier, le fille de la blanchisseuse Germaine Macquart qui part sur les routes à la recherche de travail. Les mineurs sont logés par la compagnie de charbon. Si ils quittent leur travail, ils doivent partir et sont plongés sur les routes.

Aujourd’hui la bourgeoisie capitaliste est nomade et le prolétariat sédentaire. Les travailleurs attendent le travail là où ils vivent. Les entreprises et les startup s’installent là où elles sont attirés par les élus locaux.

 

Partagez !