Les individus ont obéit et dans leur grande majorité et respecté les politiques de confinement «  quoi qu’il coûte », psychologiquement, en acceptant de faire de nombreux sacrifices.

L’année 2020 a été une année particulière. Avez-vous conscience que la «  mise en pause » a été l’occasion d’une prise de conscience ? Pas uniquement, une prise de conscience écologique mais simplement sur la réalité de nos vies et l’absurdité de certains emplois. Cette année étrange a vu symboliquement la disparition de l’anthropologue David Graeber auteur de the bullshit jobs. Dans son ouvrage David Graeber montre l’absurdité de certains emplois (emploi de bureau) et l’utilité d’autres métiers comme celui de conducteur de bus ou de train mais aussi d’enseignants. Or que

2021 devrait devenir une année de changement, d’apprentissage, de formation et de découverte par chaque individu de son talent pour le mettre au service de la société.

Au lieu d’imaginer une production dans le vide, il est temps de définir collectivement ce que les sociétés ont besoin en commençant par l’alimentation, l’habitat, le divertissement ( la vie sociale), le sport, la recherche, la spiritualité. Est-ce-que dans nos vies nous ne dispersons pas dans des gestes inutiles? La dispersion ne vient-elle pas d’un besoin de reconnaissance d’une société dont la seule valeur est financière ? Les associations et organisations non gouvernementales dont l’objet de leur activité est pleinement altruiste considèrent les passants comme des donateurs mais plus comme des bénévoles. La seule manière de participer est-elle de donner de l’argent ? Laisser faire les professionnels de l’humanitaire et en tant que citoyen «  donner de l’argent ». L’argent remplace le don de soi. Dans la même idée, l’établissement français du sang encourage à donner son sang. « Donnez votre sang et laissez les médecins s’occuper des malades ». La crise sanitaire est venue renforcer l’idée du héro passif, un héros très discret qui restant «  isolé », limite les contacts et sauve des vies. C’est une étrange conception de l’héroïsme. Les hommes ne sont plus incités à faire mais à rester silencieux, discret et à ne pas bouger. La société est devenue si complexe que les individus seuls ne peuvent la modifier, du moins pour le dirigeant, vous qui êtes les destinataires de ma lettre.

Ainsi la SNCF estime que les usagers des trains régionaux en Ile de France constituent un problème et que leur demande d’avoir «  plus de trains » n’est pas forcément réalisable. Les grandes entreprises ne veulent plus vraiment recevoir de propositions de leurs clients mais préfèrent investir sur de la recherche et des études pour conditionner le comportement de leurs clients. Elles font des enquêtes et des comptages pour voir si l’offre de transport correspond objectivement à la demande. L’enquête statistique semble avoir remplacé la concertation. Comme le test a remplacé le diagnostic du médecin et ses limites. Je donne l’exemple de la SNCF qui préfèrent établir des réponses préétablies que de faire participer ses clients au transport de demain. «  C’est plus complexe » constitue une pirouette pour les dirigeants pour ne pas entendre, ne pas consulter et laisser faire une administration publique et privée.

Les villes nouvelles comme Cergy-Pontoise ou Evry ont commencé dans un esprit pionnier a exploré les possibilités de la participation active des habitants à la fabrique de la ville. En effet, les premiers habitants ont été impliqués avec les urbanistes pour corriger certaines erreurs. Des associations se sont préoccupées de la distribution de l’eau ou du chauffage urbain. Les maisons de quartiers ont accueilli l’énergie des habitants et leur volonté d’animer leur quartiers. Néanmoins, avec le temps, même si cette dynamique s’est poursuivie, elle s’est tassée. L’administration municipale et communautaire, possédant de l’expérience et en intégrant les habitants dans les emplois de la collectivités a commencé à gérer seul la ville. Les habitants n’avaient plus qu’à faire remonter leurs doléances auprès de leurs communes. L’exemple de ce mécanisme appliqué est le service « direct agglo ». Ce service permet aux habitant de l’agglomération de Cergy-Pontoise de signaler un problème au niveau du ramassage des déchets, un lampadaire éteint ou de demander le ramassage d’un encombrant. Le service fonctionne comme un service de réclamation. L’agglomération de Cergy-Pontoise n’est pas la seule à avoir mis en place ce service. La métropole de Rouen Normandie a également mis en place une ligne téléphonique qui permet aux habitants de l’agglomération de Rouen de signaler un problème dans le ramassage de leur déchets ou une fuite sur le réseau d’eau.

Je pense que les individus ne veulent plus être considérés comme des consommateurs ou des usagers mais ils veulent que leur travail ait un sens dans le fonctionnement de la société. Ils veulent que leur travail ne détruise pas l’environnement et les territoires. Ils veulent contribuer réellement au développement d’une société et d’un pays et que ce pays, représentant de la collectivité et d’un ensemble d’individu, rayonne par son savoir, sa connaissance, sa production écrite, mathématiques et sa pensée. Est-ce qu’on ne pourrait envisager que des entreprises investissent sur la pensée de leur salariée et que les salariés produisent une belle pensée et de belle poésie ?

La catastrophe écologique n’est pas le plus dramatique, la catastrophe c’est une société qui considère les êtres humains comme des numéros, des petites boules comme ces dessins qui expliquent schématiquement la transmission du virus.

En conclusion, mon propos est certes teinté d’idéalisme mais je crois que les hommes valent mieux que de vivre sous la dépendance permanente d’un employeur ou tout le moins cet employeur devrait encourager et former ses salariés non pas à le défendre et à défendre ses clients. L’employeur devrait orienter son entreprise vers une production positive, un objet, un écrit, une photographie. Les créateurs dans notre monde sont partout et le but de tout entreprise humaine devrait d’encourager à la création. C’est le sens de la vie. Ce mot ne s’adresse pas uniquement aux employeurs mais aussi aux élus, aux fonctionnaires. Les collectivités et l’Etat constituent la première collectivité territoriale devrait encourager les habitants à prendre en main de leur ville plutôt qu’à se substituer aux habitants jusqu’à devenir esclave de leur propre turpitude (dépôts sauvage ou défaut de tri). C’est de l’habitant que doit venir la solution.

Bonne année 2021 !

Partagez !